Risque-pays : Coface dégrade huit pays européens

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Crise de la dette, mesures d’austérités et risques de récession, fragilisation des banques et par contre-coup contraction/renchérissement du crédit aux entreprises. Le cocktail devient explosif et de façon prévisible, les risques d’impayés augmentent à grande vitesse en Europe et aux Etats-Unis.

Coface vient d’annoncer dans un communiqué un nouvel abaissement des notes de risque pays de la Grèce – passée de B à C- et de Chypre de A à B. A propos de la Grèce, frappée d’une récession plus grave que prévue (-4 % cette année) l’assureur-crédit note que «au 1er semestre 2011, le crédit aux entreprises s’est contracté d’ores et déjà de 7% sur un an. Coface constate une montée des impayés des entreprises grecques depuis le début de l’année 2011 ».

Deux autres pays, frappés de stagnation ou de récession en raison des mesures d’austérité prises par leur gouvernement, se voient mis sous surveillance négative : l’Italie, notée A3, et le Portugal noté A 4. Ce dernier pourrait donc, à terme, passer en B. «La capacité de paiement des entreprises est affectée par les évolutions négatives du contexte macroéconomique et financier de ces deux pays, en témoigne la détérioration de l’expérience de paiement de Coface sur les entreprises.

Toujours dans la zone euro, plombée par la crise de la dette souveraine, plusieurs pays en meilleure posture subissent toutefois une dégradation de leur note en raison de la révision à la baisse de leurs perspectives de croissance. Coface a ainsi levé sa surveillance positive sur la note A2 de l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la France et les Pays-Bas, ce qui signifie que la perspective de voir relever leur note (en A 1) s’éloigne.

En Amérique du Nord, les Etats-Unis voient lever la surveillance positive de leur note A2 en raison d’une croissance moins forte que prévue (1,7 % contre 2,2 % prévu en juillet). « Tous les moteurs d’activité devraient ralentir sur la seconde partie de l’année et en 2012 », estime Coface, qui anticipe une «recrudescence des faillites d’entreprises, en particulier des PME fragilisées par la forte exposition des banques régionales et victimes d’un accès réduit au crédit ».

Seules bonnes nouvelles, le reclassement de l’Islande (sa note A4 est placée sous surveillance positive), où la sortie de crise est confirmée, et celui de la Thaïlande (levée de la surveillance négative sur sa note A3).

(Source: M.O.C.I.)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »