Banques dégradées, prêts plus chers

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Pourquoi cette dégradation ?

Ces décisions, annoncées hier par Standard and Poor’s, sont la conséquence directe de la dégradation de la note souveraine de la France, privée le 13 janvier de son triple A par cette même agence de notation. Dès le le 5 décembre, SP avait annoncé qu’elle envisageait d’abaisser la note de 15 des 17 pays de la zone euro, dont la France.

Deux jours plus tard, elle avait par ricochet placé sous surveillance négative les grands établissements bancaires du pays. L’agence en a finalement dégradé trois : Société Générale, Crédit Agricole et BPCE. Elles voient leurs notes abaissées de A + à A, assorties d’une perspective stable. Elle a aussi privé de son triple A la Caisse des dépôts qui voit sa note alignée à AA + sur celle de la dette souveraine française, avec la même perspective négative.

BNP Paribas échappe à la sanction.

La première banque hexagonale et deuxième de la zone euro voit sa note de long terme confirmée à AA -. Mais celle-ci reste assortie d’une perspective négative, ce qui implique qu’un abaissement reste possible à moyen terme. La note de BNP Paribas est la quatrième meilleure possible sur l’échelle de Standard and Poor’s, ce qui en fait l’une des banques européennes les mieux notées et l’une des rares à conserver un double A.
L’agence de notation a toutefois prévenu qu’elle perdrait ce rang en cas de nouvel abaissement de la note de l’Etat français.

Les banques françaises fragilisées ?

Contrairement à ce qui s’est passé aux États-Unis, en Belgique ou en Espagne, il n’y a pas de risque de faillite des banques françaises qui restent solides et, par exemple, beaucoup moins exposées à la dette grecque que bon nombre de leurs consœurs étrangères.

Elles ont les reins suffisamment solides pour faire face à la crise et assainir leurs comptes. Reste que de telles sanctions jettent un trouble en terme d’image…

Des prêts plus chers.

Comme ces banques dégradées vont désormais emprunter plus cher, elles vont de facto prêter aux particuliers ou aux entreprises à des taux plus élevés. Même si, elles ont déjà anticipé, les taux d’emprunt à long terme risquent de prendre un peu d’envol. Ils pourraient très vite atteindre les 4,70 % sur 20 ans. Ils sont autour de 4,20 % actuellement….

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »