Les délais de paiement inter-entreprises s’améliorent

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

D´après la dernière analyse des comportements de paiement des entreprises européennes, réalisée par le spécialiste de la connaissance interentreprises Altares, les retards de paiement en Europe s’établissent en moyenne à 13,5 jours, meilleure performance depuis le printemps 2008.

Après avoir buté sur les 14 jours au cours du deuxième semestre 2010, les reports de paiement des entreprises européennes sont descendus sous ce seuil en 2011 et se rapprochent désormais de 13 jours ; l’année s’achevant à 13,3 jours. La tendance est donc encourageante, les retards s’éloignent de leur plus haut à quasiment 15 jours en 2009 sans pourtant encore retrouver une moyenne de 12,5 jours d’avant crise, précise Altares.

Plus que la proportion de bons payeurs, le taux de retards supérieurs à 30 jours peut davantage être le marqueur de la santé financière des entreprises. En effet, Altares constate que des retards de paiement supérieurs à 30 jours sont symptomatiques d’une trésorerie très dégradée et d’une poursuite d’activité compromise. Précisément, les entreprises reportant leurs règlements fournisseurs de plus de 30 jours, présentent une probabilité de défaillance multipliée par six. Fin 2011, 8,2 % des entreprises européennes reportaient leurs paiements d’au moins 30 jours ; elles étaient 8,9 % il y a un an.

Concernant les pays, en Allemagne, les retards de règlement baissent très sensiblement et se situent à 8,1 jours en moyenne en 2011 contre 8,4 jours en 2010. Les Pays-Bas restent bon élève malgré un dernier semestre plus tendu, avec des retards de paiement en fin d’année à 8,6 jours contre 10 début 2010. En France, les retards de paiement sont stables aux environs de 12 jours depuis six ans (12,1 jours fin 2011). Cette constance des comportements de paiement, traduit pourtant « un non-respect quasi culturel des engagements contractuels en France. De façon immuable, seulement une entreprise française sur trois (33,4 % à fin 2011) respecte les dates d’échéance (33,6 % fin 2010). Les paiements sont donc effectués avec retard pour près des deux tiers des entreprises, cependant, ces reports sont généralement peu importants », souligne Altares.
Enfin, la péninsule ibérique « dérape encore ». Fin 2011, 17 % des entreprises espagnoles règlent leurs fournisseurs avec des retards supérieurs à 30 jours. 6,7 % reportent le paiement de leurs factures de plus de 90 jours. C’est le pire ratio en Europe. Le voisin portugais est logé à la même enseigne : les retards de paiement ont atteint 30 jours début 2011, avant de redescendre à 26 jours puis remonter au-delà de 27 jours en fin d’année.

Les paiements se détendent sur l’ensemble des secteurs à l’exception du transport, secteur où les retards de paiement sont les plus longs avec l’immobilier. Les reports de règlement atteignent 15,5 jours fin 2011. Un transporteur européen sur trois (33,1 %) respecte les dates d’échéances de paiement. Ce taux était de 34,6 % il y a un an et de 36,2 % en été 2010.

Dans le bâtiment, les comportements de paiement sont irréguliers. Ils se sont tendus durant l’été 2011 avant de se détendre très sensiblement en fin d’année. L’année s’achève sur un point bas (13,2 jours), meilleure performance depuis 3 ans, mais encore 1,5 jours au-dessus des valeurs de 2007. 43,9 % des entrepreneurs européens du bâtiment règlent leurs fournisseurs sans retard ; c’est la proportion la plus élevée de l’ensemble des secteurs.

Pour l’immobilier, depuis fin 2009 les retards de paiement avaient atteint un pic historique à près de 21 jours, le redressement est très sensible. Depuis six mois, les reports de paiement sont tombés à 15,5 jours. La proportion de reports supérieurs à 30 jours décroît fortement, ramenée de 16,5 % fin 2009 à 10,8 % fin 2011.Ce taux reste, cependant, le plus élevé de l’ensemble des secteurs.
A contrario l’industrie, dont les retards de paiement retombent à 13,5 jours, inscrit sa meilleure performance depuis trois ans et demi, mais reste encore de 2 jours supérieure aux valeurs de 2007. Le commerce également s’inscrit sur une tendance favorable. Notamment dans la vente de détail qui affiche les retards les plus faibles depuis début 2008. Tombés sous les 15 jours début 2011, les reports de paiement se stabilisent depuis, aux environs de 14,5 jours. 43 % des détaillants européens respectent les dates d’échéances de paiement ; taux au plus haut sur dix ans et deuxième performance sectorielle derrière le bâtiment. Dans le commerce inter-entreprises, l’amélioration des comportements de paiement a été sensible début 2010.(Sources: M.O.C.I.) www.plastic-jig.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »