Les transporteurs routiers dénoncent une concurrence déloyale

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La Fédération nationale des transports routiers (FNTR) et l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) viennent de tirer la sonnette d’alarme au ministère des Transports, pour demander à l’Etat d’intensifier les contrôles sur les pratiques des donneurs d’ordres (commissionnaires et chargeurs), qu’elles jugent déloyales. Les entreprises que ces deux organisations représentent redoutent de travailler à perte.

En effet, les routiers n’arrivent pas à profiter du dispositif de répercussion des variations de charges de carburant mis en place en 2006 et estiment subir une concurrence déloyale. Le secteur du transport routier se trouve pris dans un effet de ciseau meurtrier, à savoir la hausse des prix quasi-continue des prix du gazole et la baisse alarmante des taux de fret routiers. La FNTR dénonce le comportement des traders de fret qu’ils accusent de contourner la loi.
En pratique que se passe-t-il ? Le transport routier est devenu un marché organisé un peu sur le modèle des marchés financiers, avec des bourses de fret organisant l’offre de fret et la demande de transport. Système qui met en concurrence des transporteurs de différents pays de l’Union européenne, lesquels ne supportent pas les mêmes contraintes fiscales et sociales. Pour lisser leurs coûts, les logisticiens et commissionnaires, via les bourses de transport, sous-traitent largement leurs prestations routières en Europe, faisant appel à des transporteurs polonais, roumains ou bulgares.

Or, une prestation routière supporte deux postes majeurs de coûts : le premier, celui des conducteurs, le second, celui du carburant. Le coût du chauffeur longue distance évolue peu (en l’occurrence, il ne baisse pas), en revanche, le coût du gazole professionnel (prix de livraison en cuve, hors TVA) s’est apprécié de 16 %depuis janvier 2011, selon le CNR (Comité national routier). Et depuis l’an 2000, l’indice du coût de ce carburant a presque doublé : soit en base 100, le gazole est passé de l’indice 94 en janvier 2000 à l’indice 176 en janvier 2012.
Pour l’heure, les chargeurs et les gros prestataires logistiques s’accommodent de cette flambée des prix en transférant cette charge sur la sous-traitance, ce qui leur permet de contenir la hausse des coûts de transport dans certaines limites. A plus long terme, le commerce intra-européen pourrait bien, lui, souffrir d’une situation, qui va faire disparaître un grand nombre de PME de transport et logistique routière, réduire l’offre et, in fine, alimenter une forte de remontée des prix.(Sources: M.O.CI. par Gilles Naudy) www.plastic-jig.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »