Les problèmes de santé, de plus en plus présents.

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

L’association de gestion pour l’insertion et la reconversion des agriculteurs, présidée par Sophie Bouguet, a rendu ses résultats pour l’année 2011, à l’occasion de son assemblée générale le 27 avril à Plérin. 123 personnes ont contacté l’association basée à Plérin, 44 pour une demande d’aide à la reconversion professionnelle (ARP), 79 pour des renseignements divers (avec rencontre). Au final, l’enveloppe budgétaire destinée à la reconversion professionnelle a permis de financer 49 demandes ARP, dont 34 demandes réalisées sur 2011 (sur les 39 instruites par la DDTM). 41% des bénéficiaires totalisent une durée d’activité agricole située entre 10 et 20 ans, 25% entre 21 et 25 ans et 20% au-delà de 25 ans. 51% sont des exploitations individuelles, en majorité lait et aviculture.

“De plus en plus d’agriculteurs restent dans le secteur agricole, notamment beaucoup de porchers, qui finalement y valorisent mieux leurs compétences”, note l’animateur Philippe Leclerc. Douze personnes, deux ans après le départ de l’exploitation, sont toujours sans emploi. Une situation jusqu’alors inconnue.

Détérioration de l’état de santé

Passé les chiffres, Philippe Leclerc s’alarme de l’augmentation clairement observée des problèmes de santé des personnes rencontrées, physique ou psychologique. Parmi les raisons qui justifient l’intervention d’Agir (79 contacts), le problème de santé revient 21 fois. “Le critère santé se dégrade doucement mais sûrement, c’est inquiétant. Nous avons beaucoup de dossiers avec cette double problématique économique et santé”, exprime-t-il. On le sait, l’un ne va pas sans l’autre, la santé influe forcément la valeur “travail”. Mais, cette capacité à entendre et accepter un problème de santé important, jusqu’à la reconnaissance de travailleur handicapé, est une des difficultés rencontrées. “Il y a une barrière. Nous avons un gros travail de communication à réaliser pour aboutir à l’acceptation d’une reconversion et d’une reconnaissance de travailleur handicapé”.

Selon Philippe Leclerc, l’origine du problème est multifactorielle. “Il y a un ras-le-bol d’être matraqué par la société. C’est l’accumulation”, dit-il, citant les épisodes du volet “algues vertes” l’été dernier.

Temps de travaux lourds, stress, échanges réduits entre agriculteurs…, le métier est en pleine mutation. “Le milieu agricole est un milieu de plus en plus isolé, avec de moins en moins de solidarité”, s’inquiète Jean Le Floc’h, représentant du conseil général.

L’enveloppe budgétaire de 2012 permettrait à ce jour de financer la mesure ARP à hauteur de 45 dossiers environ.

Agir, Maison des agriculteurs, BP 10540, 22195 Plérin cedex. agir.le.clerc.philip@orange.fr ou 02.96.79.22.63. (Sources: Terragri bretagne)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »